mardi 25 juin 2013

La crise durera tant qu'on se ne demandera pas assez Pourquoi ?

L'approche de résolution de la crise souffre encore de réelles déficiences de méthodologie ! Voici pourquoi:

La dépêche est tombée la semaine dernière :
Les ministres des Finances de la zone euro ont validé jeudi, le premier rapport annuel du Mécanisme européen de stabilité (MES), qui fût lancé en octobre dernier pour sauver les États en détresse financière et doté d’un budget de 500 milliards d’euros. En trois mois, le fonds a déboursé 39,5 milliards pour aider l’Etat espagnol à recapitaliser ses banques et 2 milliards sur les 9 milliards promis à Chypre.

Ces montants s’ajoutent aux 200 milliards engagés pour l'Irlande, la Grèce, le Portugal, par le FESF, le fonds provisoire précédent. Le directeur général du FESF et du MES a souligné que ces fonds avaient rempli leur mission d’assurer la stabilité de la zone euro. « Sans le FESF, l’Irlande et le Portugal ne seraient sans doute plus dans l’euro », a affirmé hier Klaus Regling.

Réunis jeudi dernier à Luxembourg, les ministres des Finances de la zone euro ont négocié dur une réforme censée couper le lien entre crise bancaire et souveraine ainsi que la possibilité que le MES recapitalise directement des banques en difficulté et donc la possibilité qu’un fonds mutuel européen devienne actionnaire de banques. « Une révolution mentale » pour un diplomate.

Youpie, ils vont pouvoir continuer à faire les fous avec notre argent !
C'est sympa de leur mettre des garde-fous légaux, comme ça ils seront encore moins motivés à entreprendre un changement d'attitude, celle-là même qui nous a tous foutus dans la m...

vendredi 14 juin 2013

L'or n'est plus qu'une demi-monnaie

Je suis en train de lire l’excellent livre Voyage au bout d'une nuit monétaire écrit par l’économiste belge Bruno Colmant et qui parle de la tourmente des monnaies, disponible aux éditions de l’académie royale de Belgique, (ou sur Amazon et Kindle si vous suivez le lien) et qu’il a proposé en téléchargement gratuit à ses abonnés Twitter.

Bruno Colmant prête deux caractéristiques essentielles à une monnaie, qu’il définit comme :
1. un vecteur transactionnel (moyen d’échange), un instrument de mesure de la valeur des choses (toute chose a un prix exprimé en monnaie) et
2. un vecteur de thésaurisation, c.-à-d. un moyen de postposer sa consommation à plus tard tout en conservant sa valeur (épargne) ou consommer maintenant un revenu futur grâce au crédit.

Si une monnaie ne remplit qu’une seule des conditions, on aura alors une situation propice à la tourmente.
Par exemple, si la monnaie n’est réduite qu’à un instrument de mesure et transactions, elle

jeudi 13 juin 2013

the-goldfisher.blogspot.com devient the-goldfisher.com !

Avec la barre des 2000 pages vues bientôt passée, The Gold Fisher a décidé de passer à l'étape supérieure et se lancer en tant que dotcom !
The Goldfisher vous remercie pour votre fidélité et attend vos commentaires pour améliorer son site !

BoE: la Bulle des obligations est la plus grande menace à notre stabilité financière.

Andrew Haldane, un membre officiel de la Bank of England s'inquiète publiquement pour la bulle qu'ils ont volontairement créé sur le marché obligataire à cause de leur programme de rachat d'actifs (surimpression monétaire). Il commencent à se rendre compte que c'est la plus grande menace à la stabilité financière lorsqu'elle éclatera. 

Et bien il était temps !
Il espère décrocher le Prix Nobel avec ça ???

Lire ici dans leCityAM de Londres.

Bank official: Bond bubble is the biggest threat to financial stability.

Une semaine après qu’un comité de la Banque des Règlements Internationaux (BIS) dans la même gazette ont commencé les premiers à montrer des signes d'inquiétudes c'est le tour maintenant à la BoE de s'y mettre. 

Le timing ne peut pas être mieux choisi: début juillet le gouverneur de la BoE, Mervyn King, le grand architecte du Monney Printing (c'est comme ça qu'ils l'appellent ici, sans complexe les gars) va céder sa place au canadien Mark Carney, premier non-anglais pour diriger le Titanic d'outre-Manche. Ancien gouverneur de la Bank of Canada, ils l’ont choisi principalement pour son aptitude à avoir pu tenir le Canada hors de portée directe de la crise financière mondiale.

Bonne chance mec ! Là tu va prendre le commandement d'un bateau qui a déjà heurté l'iceberg et il n'ont pas encore réfléchi si il y aura assez de chaloupes de sauvetage pour tout le monde.

le siège de la Banque d'Angleterre - crédit http://www.london-gb.com
©the-goldfisher.com

jeudi 6 juin 2013

La crise, c'est de la faute à la démocratie !

Je ne peux non plus m'empêcher de relater tout en commentant la chronique du Contrarien matin du 4 juin 2013 (disponible ici http://www.lecontrarien.com/2013/06/04 ) et qui pose la question fondamentale:

Pourquoi fait-on de la dette ?

Force est de constater que depuis 1971 tous les gouvernements on augmenté l'endettement public et à chaque fois qu'ils ont eu recours à l'emprunt, AUCUN n'a proposé de plan de remboursement: ça ils s'en fichent vu qu'ils ne seront sans doute plus élus pour s'en soucier. Aux autres les mouches ! Il s'en sont simplement fiés à la Croissance (Ah, le mythe de la Croissance, si chère aux socialistes). 

Tous ont eu recours à l'endettement par hypocrisie politique: ils empruntaient pour ne pas augmenter les impôts qui auraient répercuté le vrai coût de leur politique démagogique. On leur a

mardi 4 juin 2013

Les Restrictions sur les acquisitions de l'or se resserrent en France

Chers amis,
Si comme moi vous vous dites que la hausse actuelle des marchés ne « colle » pas avec les Fondamentaux, que depuis 2008 on est en train de jouer avec le feu en appliquant des solutions à la nitroglycérine pour résoudre la crise de laquelle on ne sort pas – et que donc ça risque d’exploser à n’importe quel moment – vous devez certainement vous dire que se protéger en plaçant quelques économies en or physique n’est sans doute pas une mauvaise idée.
Je ne peux qu’abonder dans votre sens.

Devenez Goldeux, mais gare à vous !

Rejoignez le cercle des « goldeux », cette tribu de gens qui ne veulent pas se faire prendre pour des cons et qui se prémunissent du désastre à venir en achetant de l’or.
Car le Goldeux est un peu intelligent et sait réfléchir. Il a également un minimum d’instruction et a déjà ouvert un livre d’histoire. Et en plus c’était pour lire ce qu’il y avait dedans et il a aimé ça. Et il l’a retenu. Et c’est pour ça qu’il s’étonne qu’il n’y ait pas plus de personne qui font dans leur froc comment il voit le foutoir qu’on est en train de mettre dans l’économie du monde !

Cependant, le Goldeux est un ennemi de l’État, en Occident tout au moins.
Vous ne le voyez pas parce que ce n’est pas clairement dit dans votre journal favori. Un minimum de clairvoyance permet d’y remédier, ne vous en faites pas.

On fera tout pour vous détourner de l'or !

L’or, c’est « has been » : on n’en parle uniquement quand ça baisse. Les actions sont surévaluées,

Linkwithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Sélection vendeurs top fiabilité

Suivez The Goldfisher sur Twitter