mardi 25 juin 2013

La crise durera tant qu'on se ne demandera pas assez Pourquoi ?

L'approche de résolution de la crise souffre encore de réelles déficiences de méthodologie ! Voici pourquoi:

La dépêche est tombée la semaine dernière :
Les ministres des Finances de la zone euro ont validé jeudi, le premier rapport annuel du Mécanisme européen de stabilité (MES), qui fût lancé en octobre dernier pour sauver les États en détresse financière et doté d’un budget de 500 milliards d’euros. En trois mois, le fonds a déboursé 39,5 milliards pour aider l’Etat espagnol à recapitaliser ses banques et 2 milliards sur les 9 milliards promis à Chypre.

Ces montants s’ajoutent aux 200 milliards engagés pour l'Irlande, la Grèce, le Portugal, par le FESF, le fonds provisoire précédent. Le directeur général du FESF et du MES a souligné que ces fonds avaient rempli leur mission d’assurer la stabilité de la zone euro. « Sans le FESF, l’Irlande et le Portugal ne seraient sans doute plus dans l’euro », a affirmé hier Klaus Regling.

Réunis jeudi dernier à Luxembourg, les ministres des Finances de la zone euro ont négocié dur une réforme censée couper le lien entre crise bancaire et souveraine ainsi que la possibilité que le MES recapitalise directement des banques en difficulté et donc la possibilité qu’un fonds mutuel européen devienne actionnaire de banques. « Une révolution mentale » pour un diplomate.

Youpie, ils vont pouvoir continuer à faire les fous avec notre argent !
C'est sympa de leur mettre des garde-fous légaux, comme ça ils seront encore moins motivés à entreprendre un changement d'attitude, celle-là même qui nous a tous foutus dans la m...


C'est comme si le capitaine du Titanic avait commencé à rançonner tous les passagers pour acheter des pompes en urgence à un bateau passant par là et en même temps demander à tout le monde d'aller pomper ou écoper pour maintenir le bateau à flot sous prétexte que si il coule on va tous y passer.
Est-ce que cela résout le problème?
Non.

Quel est le problème ? Il serait peut-être temps de se poser la question. Je parle de la source du problème, celle qu'on peut identifier avec la méthode des 5 "Pourquoi".

Je cite ici un conseil de management: on arrive jamais à la racine d'un problème sans avoir demandé au moins 5 fois "pourquoi". Exemple:

Problème: le bateau coule, mon Capitaine.
1. Pourquoi ? Parce que l'eau envahit les cales.
Si on s'arrête ici, la solution sera alors:
pompez l'eau hors des cales et le bateau continuera de flotter.

Mais cela ne résoudra pas le problème à sa racine.

Continuons:
2. Pourquoi l’eau envahit les cales ? Parce que il y a une brèche dans la coque.
Solution ici : colmater la brèche, mais cela ne résout pas le problème car il peut toujours se reproduire.

3. Pourquoi ? Parce qu’on a heurté un Iceberg.
Solution ici : éviter les iceberg. Suite au naufrage du Titanic, un observatoire de renseignement de la position des icebergs a été mis en place mais cela ne résout pas le problème, cela permet juste de diminuer les risques.

4. Pourquoi a-t-on heurté un iceberg ? Parce que on l’a pas vu à temps, on naviguait trop au nord et le bateau n’a pas pu virer pour l’éviter - qui sont les trois facteurs le plus communément acceptés.

5. Pourquoi :
- Ne l’a-t-on pas vu à temps ? Parce qu’on allait trop vite par rapport à la visibilité : Le capitaine est une tête brûlée et n’a pas adapté la vitesse du bateau aux circonstances de l’environnent. Solution : virer le capitaine qui est un incapable et en engager un qui est un minimum plus responsable. Cette solution n’a pas pu être mise en place pour le capitaine en question.

- Naviguait-on trop au nord ? Parce qu’on a voulu prendre trop de risques pour gagner le Ruban Bleu et gagner la gloire, alors le capitaine a ignoré les consignes de prudence et a suivi les instructions de la Direction. Solution : virer les directeurs, les jeter en prison et surtout le capitaine par la même occasion. Cette solution n’a jamais été mise en place.

- Le bateau n’a pas pu virer pour l’éviter : parce que les concepteurs n’ont pas prévu un gouvernail assez grand pour la taille du bateau. Cependant, s’il était expérimenté et compétent assez, le capitaine aurait dû s’en apercevoir avant le départ et adapter ses paramètres de navigation en accordance. Solution : rendre les capitaines mieux au courant du fonctionnement technique de son bateau avant de le laisser aller jouer le Schumacher des mers avec. Cette solution n’a jamais été identifiée jusqu’à présent.
C’est notamment pour cela qu’on avait voulu inclure des connaissances techniques dans l’examen du permis de conduire belge mais qu’ils n’ont pas fait parce que personne ne voyait vraiment pourquoi.
Normal : personne ne se pose jamais les 5 « Pourquois », les gens généralement ne s’en posent qu’un seul et sont content avec ça.

Donc dans le problème qui nous concerne, on s’est contenté de se demander : Pourquoi ces pays vont mal ? Parce qu’ils ont un manque de liquidités. Stop, on arrête là et on implémente une solution à ce problème et on met en place une piscine à milliards dans laquelle ils pourront pomper à l’envi.
Et une fois que la piscine sera vide, s’est-on demandé ce qu’il adviendra ?

Venant de gens incapables de se demander plus d’un « pourquoi » je n’attend pas qu’ils réfléchissent aussi loin.

Voyez ici un article de blog qui explique comment appliquer la méthode des 5 pourquoi pour résoudre vos problèmes.

© the-goldfisher.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Linkwithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Sélection vendeurs top fiabilité

Suivez The Goldfisher sur Twitter