mardi 15 octobre 2013

L'histoire est condamnée à se répéter tant qu'on en aura pas tiré les leçons

En surfant au hasard sur les sites sur lesquels j'aime traîner, je tombe sur un document intéressant qui n'avait encore jamais attiré l'attention: une ligne du temps sur l'histoire du marché de l'or de Londres (disponible ici). Cette ligne du temps accessible gratuitement sur le site www.goldfixing.com, l'organisme en charge du fixing de Londres deux fois par jour.

Pour ceux qui ne pratiquent pas la langue de Shakespeare, voici en Français les trois points qui me semblent intéressants de noter:



Dans l'histoire du marché de l'or londonien (actuellement LBMA), on peur y apprendre que:

- en 1797, la Banque d'Angleterre a suspendu la convertibilité en or de ses billets, suite à l'état de quasi faillite dans lequel l'Empire Britannique se trouvait après les guerres Napoléoniennes. En 1810, en prévision de la ré-instauration du standard-or, les autorités s'émeuvent du prix élevé de l'or sur le marché local. Une commission d'enquête en arrive à la conclusion suivante: "The Committee concluded the Bank of England had been printing too many notes as they were no longer redeemable in gold."
(Le Comité a conclu que la Banque d'Angleterre a imprimé trop de billet lorsque ceux-ci n'étaient plus convertibles en or)
Il faut croire que les ahuris ne sont pas morts, on a les même à l'heure actuelle aux mêmes postes, et c'est ça qui me fait peur.

- La confiscation de l'or par Roosevelt en 1933 a été suivie de 42 ans d'interdiction de posséder de l'or aux États-Unis. En effet, ce n'est que le 31 décembre 1975 que cette interdiction a été levée. Pendant 42 ans, le dollar n'était plus convertible en or pour les citoyens, mais le restait uniquement pour les Banques Centrales. Notez que cette année (2013) cela fait justement 42 ans que le dollar n'est plus convertible en rien du tout pour qui que ce soit.

- en 1949, les USA voient leurs réserves d'or culminer à 21.990 tonnes d'or, soit 75% des réserves mondiales. Finalement ça leur a été bien rentable de gagner la guerre. Dommage qu'ils n'aient pas pu reproduire cet exploit depuis.


Toute ressemblance avec des faits actuels n'est pas du tout fortuite : l'histoire tend à se répéter tant qu'on en apprendra rien.

En attendant, les plafonds (de la dette) ne montent pas jusqu'au ciel...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Linkwithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Sélection vendeurs top fiabilité

Suivez The Goldfisher sur Twitter