vendredi 15 janvier 2016

Pourquoi l'or ne monte-t-il pas lorsque tout baisse ?

Malgré la baisse des marchés, l'or ne semble pas montrer de signe de hausse. 

Ci-après je vous livre un article que j'ai soumis à une question en tentative de réponse à cette question qui fleurit sur les forums actuellement:


On peut dire que l'année commence for sur les places financières: les bourses ont commencé à montrer des signes de faiblesse, la bourse de Shanghai a même du être suspendue pendant un jour entier pour cause de baisse prononcée - on de dit plus crash car cette notion a été quasiment éradiquée par tous les coupe-circuits instaurés un peu partout - les matières premières continuent leur lente descente aux enfers menées par le pétrole dont la chute semble imparable.  


Cependant, l'or qui jouit d'une réputation de "valeur refuge", ne semble pas réagir en conséquence comme beaucoup semblent s'y attendre. Les partisans de la Relique Barbare (ceux qui considèrent l'or comme obsolète comme placement) y voient un argument supplémentaire pour déverser leur fiel sur les goldeux et autres supporters de l'or que nous sommes.

L'or fait-il toujours office de valeur refuge ?


Néanmoins, c'est une question classique que nous rencontrons avant chaque période de turbulences.

Voici ma tentative de réponse :
  1. L'or qui est coté n'est pas de l'or physique. En effet, ce qui vous est présenté comme le "cours de l'or" n'est en fait qu'un agrégat composé de futures, OTC et autres contrats à terme. Les volumes et les prix n’ont plus beaucoup de lien avec les échanges d’or physique du jour. Du coup, les variations violentes d’un jour sont lissées et donnent l’impression de sous-réagir par rapport aux mouvements violents de la bourse. Regardez plutôt l’évolution des primes sur les pièces d’or si vous désirez avoir un aperçu plus consistent du marché physique. En cas de décorrélation physique/papier, les primes s’envolent.
  2. Les marchés sont encore investis dans les autres actifs : l’or est la valeur refuge, la chaloupe dans laquelle on saute lorsqu’il n’y a plus aucun autre choix possible. Avant d’envisager cette solution, on va quand même essayer de sauver le navire, en colmatant les brèches, en écopant, en allégeant la cargaison… Sur les marchés c’est pareil : les gens investis en actions vont les délester pour d’abord se mettre en cash ou en obligations. Ce n’est que lorsque la monnaie commence à être dévaluée et que les taux montent au plafond que les investisseurs vont commencer à paniquer. C’est alors que les places dans les chaloupes deviennent cher.
  3. La suppression (du prix) de l’or bat son plein, selon ceux qu’on taxe souvent de « conspirationnistes ». D’après ces derniers, un groupement de banques centrales et privées (ou les deux à la fois) agitées par des intérêts américains soucieux de maintenir l’hégémonie du dollar sur la Terre agissent de toute une série de subterfuges pour détourner le public de l’or en le rendant le moins attractif possible. La décorrélation qui s’est formée entre la masse monétaire et l’or en circulation depuis 1971 est le principal argument qui leur fait plaider en faveur d’un cours réel de l’or à plus de 50.000$ l’once s’il n’avait pas été manipulé. L’absence de réaction du cours de l’or en cas de crash est également un de leurs argument favoris pour appuyer leurs thèses qui officiellement n’ont jamais été reconnues.
  4. De toutes les matières premières, l’or est la moins consommable*. Cependant, cela ne l’empêche pas de se comporter comme une matière première, c.à-d. qu’en cas de sell-off majeur, tous les actifs baissent en même temps sous les effets dominos d’appels de marge. La plupart des positions longues sont à découvert et ne reposent que sur de faibles marges. Par exemple, un Hedge Fund long en actions, obligations et of avec une marge de 5%, si les actions se plantent de 7% comme ce fut le cas ce matin en Chine, il va devoir faire face à un appel de marge pour ces positions. Du coup, il sera tenté de dénouer d’autres de ses positions pour libérer la marge nécessaire, ce qui va provoquer une pression à la baisse sur les autres marchés par effet ricochet.
Voilà les arguments qu'il faut garder à l’esprit lorsqu'on s'émeut un peu trop vite du sort de l'or.

Toutefois, l’absence de réaction tangible pour le moment ne devrait pas nous détourner de ce noble métal. Personnellement je trouve que le moment est idéal pour faire ses emplettes. Justement ça tombe bien, les soldes viennent à peine de commencer !

Bonne année 2016 !

*Selon le World Gold Council, seuls 9% de tout l'or physique négocié au niveau mondial est consommé par l'industrie en tant que matière première. Le reste est utilisé comme moyen de placement sous forme de bijoux, de pièces ou lingots. En comparaison, pour l'argent métal ce sont plus de 56% du marché physique mondial qui est consommé dans des applications industrielles selon le Silver Institute. (Chiffres de 2014)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Linkwithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Sélection vendeurs top fiabilité

Suivez The Goldfisher sur Twitter